Buscar este blog

martes, 13 de agosto de 2013

“Arte rupestre, territorios y sociedades” 25-27 de septiembre (Museo Nacional de Prehistoria, Francia).

L’art rupestre, partout dans le monde, offre un témoignage essentiel et unique de l’art et de l’intellect humains, souvent énigmatique, jamais univoque. Les changements climatiques, les modifications de l’environnement naturel, la fréquentation toujours plus importante du public, les recherches sauvages ou la malveillance, entraînent de graves dommages.
Patrimoine fragile et difficile à conserver, les sites d’art rupestre font l’objet de nombreuses études scientifiques et techniques en vue de leur compréhension, de leur conservation ou même de leur reproduction.
Le colloque, ouvert aux expériences archéologiques et humaines de trois continents (Afrique, Australie et Europe), sera organisé en trois tables rondes : la protection des sites d’art rupestre; la recherche en art rupestre et les sociétés contemporaines ; la restitution et la médiation de l’art rupestre. Des visites exceptionnelles de sites et de musées seront proposées aux participants.
Direction scientifique:
Jean-Michel Geneste, directeur du Centre national de préhistoire, sous direction de l’archéologie, direction générale des patrimoines.

Programmation :
Gennaro Toscano, directeur des études du département des conservateurs, directeur de la recherche et des relations scientifiques, Institut national du patrimoine (Inp)
Anouk Bassier, adjointe au directeur des études du département des conservateurs, Inp


Organisation :
Émilie Maume, chargée des manifestations culturelles et scientifiques, Inp
Pascal Schandel, chargé de mission, Inp

Informations pratiques
Rencontres organisées par le Centre national de préhistoire et l’Institut national du patrimoine
Le colloque a lieu au Musée national de la préhistoire :
Rue du Musée, 24620 Les Eyzies-de-Tayac-Sireuil
Tél. : +33 5 53 06 45 45 /

Entrée gratuite, inscription obligatoire auprès de marie-Christine Vigutto : marie-christine.vigutto@inp.fr

Conchi Torres y Marta Bravo



No hay comentarios:

Publicar un comentario